Search

Le Groupe Bastide affiche une excellente santé

Derrière les murs vitrés de son siège social, le groupe Bastide affiche une excellente santé. Spécialisé dans la prestation de services de dispositifs médicaux, il ne connaît pas la crise.

Voilà vingt ans, plus exactement en 1995, il s’appuyait sur 71 salariés et réalisait 8M€ de chiffre d’affaires. Aujourd’hui, le groupe Bastide, qui vient d’acquérir en 2013 une filiale à Namur, en Belgique, pour étendre son influence en Europe, compte 1100 collaborateurs et présente un chiffre d’affaires de 170 M€. Une progression fulgurante « nous sommes toujours sur une même dynamique. Elle devrait être équivalente ou même supérieure à celle de l’année précédente. Nous devrions donc afficher une croissance de l’ordre de 13 à 14% sur l’exercice 2014-2015 qui sera cols au mois de juin prochain », détaille Vincent Bastide.

« J’ai un sentiment d’utilité » Vincent Bastide

Directeur général délégué du groupe, présente aux côtés de son père Guy Bastide depuis 1995, il a décidé de donner une nouvelle dynamique à la société en créant Bastide Le Confort Médical (magasins de matériels médicaux) et Bastide Médical. Sous cette dernière appellation, il regroupe l’assistante respiratoire, la nutrition, la perfusion, la stomathérapie, la cicatrisation, le diabète, l’urologie, l’hospitalisation à domicile et les prestations en établissement de santé. « Si je devais avoir une crainte pour l’avenir, elle ne serait pas sur la capacité de notre groupe à se développer et à prendre de nouvelles parts de marché. Elle viendrait plutôt des décisions du ministère de la Santé qui pourrait réviser les conditions de prises en charge de nos activités. Je reste toutefois confiant », souligne Vincent Bastide.

Il fait de la relation aux patients l’un des gages de la réussite du groupe : « Je m’investis avec conviction et passion dans nos différents métiers. J’ai un sentiment d’utilité que je n’aurais sûrement pas si je faisais un autre métier. Je peux changer la vie des gens. J’essaye de cultiver cette valeur au sein du groupe », conclut le directeur général délégué, qui peut envisager l’avenir avec sérénité.

Propos recueillis par Jean NOTE et paru dans le hors-série Eco du MidiLibre du 02 décembre 2014